Glossaire

Si vous êtes nouvelle dans le domaine de la couture ou des surjeteuses, il est possible que vous rencontriez sur Ma Surjeteuse un certain nombre de termes qui peuvent vous sembler un peu obscur.

C’est dans cette optique que nous vous proposons ce glossaire qui vous permettra de comprendre la signification des principaux termes spécifiques aux surjeteuses ou à la couture de façon générale.

Boucleur :

La plupart du temps au nombre de deux dans les surjeteuses. Les boucleurs sont des éléments internes d’une surjeteuse qui vont créer les boucles nécessaires à la réalisation des points sélectionnés.

Ce sont des pièces essentielles à la formation des chainettes qui vont composer le point de couture. Leur réglage est toujours délicat et se fait souvent au demi millimètre près. La qualité des boucleurs est directement liée à la qualité des points réalisés

Chainette :

Petite chaine de fils formée par l’entrecroisement des fils de la surjeteuse.

Elle est visible en début et en fin de travail lorsque la machine tourne à vide (sans tissu).

Elle est formée des différents fils qui constituent le point. En général, on produit quelques centimètres de cette chainette avant l’attaque du tissu et après la fin dans le but principalement d’arrêter la couture proprement.

Différentiel

Le différentiel sur une surjeteuse, également appelé différentiel de transport est un système d’entrainement du tissu. Il est composé de plusieurs peignes dentés le plus souvent métalliques situés avant et après les aiguilles.

Ils permettent un réglage d’avance désynchronisé qui va soit tendre le tissu, soit le froncer en fonction du type de tissu ou de l’effet souhaité.

Enfilage

C’est l’action qui consiste à préparer la surjeteuse en faisant passer les fils dans la machine en suivant le parcours correct.

C’est une partie un peu délicate lorsque l’on débute et qui a tendance à faire peur aux couturières débutantes, ces circuits pouvant sembler un peu compliqués au départ. Cependant, une fois le cheminement compris et mémorisé, l’opération ne prend que quelques minutes.

Les fabricants apportent aujourd’hui une importance de plus en plus importante à la facilité d’enfilage de leurs surjeteuses, ceci étant un critère important pour de nombreuses couturières. Ils proposent des schémas simplifiés et des codes couleurs pour que les premiers enfilages se passent le mieux possible. Certain vont jusqu’à proposer des DVD afin de visualiser la procédure.

Faufiler :

Procédé consistant à réaliser des points temporaire afin de marquer des plis ou de maintenir des pièces de tissu ensemble.

On dit aussi « bâtir ».

Les réalisées sont souvent lâches et grossières et destinées à éviter les épinglages qui peuvent provoquer des plis, des irrégularités.

On utilise ce procédé lorsque l’assemblage avec des épingles ne satisfait pas les exigences du résultat souhaité (fronces par exemple).

Flatlock :

Flatlock peu se traduire de l’anglais par « couture plate ». Elle permet les coutures bord à bord. Elles peuvent être faites à deux ou trois fils. Il existe différentes variantes de Flatlock à 2 fils (plutôt dans un but décoratif) ou trois fils (larges ou sérrées). Elle n’a pas le léger excédent de tissu que l’on va retrouver sur un assemblage classique à la surjeteuse (surjet 4 fils). D’où son nom.

Il est à noter que les coutures flatlock sont moins solides que les assemblages au surjets 4 fils.

Roulotté :

C’est le terme courant pour désigner un ourlet roulé. Les ourlets classiques utilisent environ 3cm de tissu. Un roulotté n’utilise que quelques millimètres.

Le bord du tissu est enroulé sur lui-même et piqué.

Très utilisé sur les tissus légers pour obtenir un bord solide et discret si les fils sont de la même couleur du tissu ou esthétique en optant pour une couleur de contraste.

Surfiler

Lorsque le tissu est coupé, les fils de trame tendent à se désolidariser l’un de l’autre (s’effilocher). Pour arrêter cette action on surfile. L’action de surfiler consiste à réaliser un arrêt de délitement de la maille du tissu.

Le point machine le plus couramment utilisé dans cette optique avec une machine à coudre est le point zigzag (une variation du point de chaînette), le point manuel étant soit un point de surjet, soit un point de feston beaucoup plus solide.

Une surjeteuse est une machine qui va exceller dans le domaine du surfilage en proposant toute une série de points dont le fameux surjet 3 fils.

 

Surjet

Point réalisé sur les bords d’une pièce de tissu destiné à éviter l’effilochage. Il existe différents types de points surjet, bordé ou non, à 2 fils  ou 3 fils. Un point surjet à 2 ou 3 fils ne coud pas des pièces ensemble. Il permet d’éviter que les bords ne s’effilochent.

Le surjet 4 fils, que proposent désormais la plupart des surjeteuses, est un point qui peut assembler deux pièces de tissu et surfiler en même temps permettant un gain de temps important et une finition de qualité.

Surjeteuse :

La surjeteuse est un type particulier de machine à coudre. Elle permet de couper, piquer et surfiler un ou deux tissus en une seule opération.

Cela permet à la fois d’assembler des tissus et d’effectuer les finitions (le surfilage qui permet d’éviter que les bords des tissu ne effilochent). Elle permet de surfiler efficacement et peut produire des points élastiques ce qui la rend particulièrement adaptée aux matières élastiques comme le jersey.

Les surjeteuses modernes proposent un entrainement différentiels qui va soit étirer le tissu, soit de le froncer en fonction du type de tissu traité et de l’effet recherché.

Zigzag

C’est point machine que l’on utilise le plus couramment pour surfiler un bord de tissu lorsqu’on n’a qu’une machine à coudre et pas de surjeteuse.

Il en existe de différents types pour différentes applications ; Le Zigzag classique le plus largement utilisé pour le surfilage, le zigzag plumetis essentiellement décoratif et le

point zigzag 3 étapes destiné aux matériaux ayant tendance à froncer ou élastiques.

L’inconvénient de ce type de point est qu’il doit être repris au ciseaux afin de couper l’excédent de tissu. La coupe doit être la plus précise possible.

Trop près et on coupe le fil du point, trop loin on laisse trop de tissu, ce qui peut être peu esthétique et peu confortable (dans le cas d’un vêtement).

C’est en général l’alternative la plus utilisée si l’on ne possède pas de surjeteuse.